KadoJoueurs: Le Forum des Joueurs du Net

KadoJoueurs est la référence pour parler des sites à gagner sur le net. Des Nouveautés jusqu'aux Chaînes de Parrainage, nous vous offrons un forum rempli d'astuces pour vous aider. De plus, des Dizaines de Codes sont à gagner chaque mois.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les arts martiaux

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
sniper76
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 2117
Age : 28
Localisation : Seine - Maritime
Date d'inscription : 30/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 29 Aoû - 11:24

Le kick boxing

Une boxe pieds-poings universelle

Le Kick boxing est une discipline regroupant la boxe pieds-poings anglaise et une discipline pieds-poings développée par les japonais. Ces origines sont donc vastes, mais on l’associe au Muay Thaï, auquel il ressemble beaucoup.
Historique :
Beaucoup de gens pensent que le Kick boxing est un sport originaire de Thaïlande, du Japon, ou d’un autre pays de l’Est asiatique, mais en fait, ces origines sont dévoilées par son premier nom : le Full contact Karaté.

C’est dans les années 1970, que de nombreux pratiquants de Karaté professionnel, désireux de dépasser les réglementations en vigueur, cherchèrent alors à créer une nouvelle discipline permettant d’utiliser aussi biens les coups de poings que les coups de pieds dans un combat, en portant réellement les coups sur l’adversaire plutôt que de les arrêter. C’est ainsi que naquît le Full Contact Karaté, autrement dit, le Kick boxing actuel.

Terme générique :
"Kick" signifie "coup de pied" en anglais. De ce fait, le terme "kick boxing" est souvent associé à toutes les disciplines utilisant coups de pieds, ainsi que les coups de poings de la boxe anglaise. En français, cette discipline est appelée : "boxe pieds-poings".

Le Kick boxing dans le monde
Le Kick boxing japonais est une forme du Muay thaï développée dans laquelle le règlement permettait de frapper à coup de pied, de poing, de genou et de coude.

Le Kick boxing americain est une forme de rencontre sportive créée aux USA au début des années 60, dans laquelle tout type de coup de pied est autorisé au dessus de la ceinture.

Le Kick boxing européen. La discipline est arrivée en France vers la fin des années 1970. La fédération a 25 ans, et est forte de ses 6000 licenciés, 210 clubs et de 24 ligues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 29 Aoû - 11:25

Super sniper très complet ton post sur le kick boxing. J'ai regardé sur un site et la boxe fait bien partie d'un art martial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 29 Aoû - 11:27

Full contact


Forme américaine de Karaté, dans laquelle les coups sont réellement portés, et faisant grand usage de techniques de pieds. Le but est de mettre l'adversaire K.O, mais la pluparts des matchs se jouent aux points. Les pratiquants de ce sport de combat sont donc obligés, pour l'entraînement comme pour les compétitions, de porter des protections pour la tête, les mains et le dessus des pieds. Le style de Full contact rappelle celui de la boxe française. Ce sport a été créé en 1974 par Mike Andersson, organisateur de combats américain, pour les besoins du cinéma. Inspiré par les films de Bruce Lee (voir Kung-fu) et assisté par John Rhee, champion de Tae kwon do, le Full contact se développa rapidement aux USA. Les premiers championnats eurent lieu à Los Angeles. Dans ce sport, les Kata (combats imaginaires) du Karaté ont été abandonnés. La terminologie japonaise a été remplacée par des termes américains. Les combats se déroulent en dix rounds et, aux USA, les pratiquants du Full contact sont généralement des professionnels. Il n'y a aucun souci d'esthétisme, mais seulement d'efficacité. Ce sport gagne peu à peu la faveur des foules en Europe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sniper76
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 2117
Age : 28
Localisation : Seine - Maritime
Date d'inscription : 30/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 29 Aoû - 11:29


LE TAIJI QUAN ou La boxe du Faîte suprème



La pratique du Tai Ji Quan est l'apprentissage de l'harmonie dans la lenteur et la fluidité des gestes.
Cet art du mouvement s'accomplit dans la concentration et la détente pour apporter une sensation de bien-être et développer dans le corps une totale relaxation.

Chacun peut y trouver différents niveaux de recherche:

- relaxation en mouvement : gestuelle de coordination et d'équilibre.
- gymnastique douce : minimum de force et optimum de souplesse.
- art martial : art de l'esquive et de la fluidité.

Les styles pratiqués:

- le style Wu (hao) est préconisé pour les débutants car il est le plus facile à mémoriser. C'est aussi celui qui procure le plus rapidement des sensations énergétiques. Maître Jung a appris ce style auprès du 6ieme successeur de cette école, Wang Mu Yin.

- le style Yang est le plus connu et le plus répandu en Chine et dans le monde. Maître Jung a suivi
l'enseignement de Fu zhong Wen, successeur de Yang Cheng Fu, étant lui même le petit fils du fondateur de cette école.

- le style Chen est le style le plus ancien et le plus martial.
Ses positions basses nécessitent une certaine préparation physique. Feng Zhi Qian en est le représentant le plus reconnu en Chine et c'est son enseignement qui est donné au Wu Guan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 29 Aoû - 11:30

Jiu-jitsu Brésilien




En 1914, Esae Mitsuo Maeda, un Maitre Japonais de Judo et Ju-jitsu, héritier d'une longue tradition de combattants, parti s'installer au Brésil sur la demande de Jigoro Kano (créateur du Judo) afin de propager la connaissance du Judo sportif sur le continent Américain. Afin de remercier un politicien Brésilien d'origine Irlandaise : Gastao GRACIE de l'avoir aidé à s'installer, Maeda enseignera aux enfants de Gastao Gracie, non seulement le judo comme sa mission première lui demandait, mais aussi le Ju-jitsu tel que les traditions du Japon exigeait de tenir secret. L'ainé, Carlos GRACIE alors élève très doué, ré-enseigna à son tour à ses frères son interprétation de l'art de son Maitre. C'est pourtant Hélio GRACIE, son plus jeune frère, qui révolutionera l'art martial pour lui donner la forme qu'il à aujourd'hui. De part sa très faible constitution (1m60 pour 65Kg), Hélio dû adapter sa petite corpulence et son manque de force aux nombreuses prises et attaques du ju-jitsu japonais destiné à l'origine à une élite de guerrier samourai sur-entrainé. Améliorant par là les effets de levier et de déséquilibre et mettant l'accent sur une stratégie de combat absolument spécifique, Hélio créa un système pratiquement imbattable : le Jiu-Jitsu Brésilien ou GRACIE Jiu-Jitsu ! (Bien faire attention au "i" rajouté dans la terminologie Brésilienne). C'est ce système qui a permis à sa famille et à ses descendants de relever nombre de défis en combat dit "sans règles" pendant près de 65 ans pour arriver aux debuts des années 1990 aux Ultimates Fighting Championship où son fils Royce GRACIE remporta d'éclatantes victoire sur nombre d'autres Arts-Martiaux. On parlera aussi d'un autre de ses fils : Rickson GRACIE, adoré comme un demi-dieu au Japon et qui est à ce jour l'unique combattant de la planète à n'avoir eu aucune défaite en plus de 500 combats sans règles !


La technique :
La philosophie du Jiu-jitsu Brésilien est simple. Amener ou ceinturer son adversaire au sol afin de compenser d'éventuelles faiblesses physiques ou de corpulence. Arrivé à ce niveau, étranglements, clefs, coups ou luxations laisse le loisir à l'adversaire d'abandonner ou de subir jusqu'au bout la technique de soumission. En contrepartie, cet art permet à celui qui l'utilise de préserver son adversaire si celui-ci se résigne à abandonner, sans lui provoquer un seul traumatisme grave. C'est pourquoi, on a souvent surnommé le Jiu-jitsu Brésilien comme étant : "l'art ultime à visage humain".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 29 Aoû - 11:42

Jeet Kune Do


"La voie du poing qui intercepte"


Méthode de combat créée par Bruce Lee dans les années 70. L'idée de Bruce Lee était de créer une méthode de combat qui soit unique, efficace. Il entreprit pour cela d'adjoindre aux techniques du Kung Fu d'autres techniques issues du karate, du judo, du jujitsu, de l'aikido, de la boxe, etc... Le Jeet Kune Do est basé sur la précision, la puissance, la rapidité et l'efficacité. Selon les mots de Bruce Lee lui même, la règle c'est de n'avoir aucune règle.

Le Jeet Kune Do a débouché sur deux courants : celui de Tony Zayek (7e dan de Kung Fu), qui a souhaité que le style reste apparenté au Kung Fu et au Wing Chung comme le souhaitait Bruce Lee. Ce style s'est développé essentiellement dans l'hémisphère sud. Le Jeet Kune Do de Dan Innosento basé sur le Kali a développé son importance principalement aux Etats Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mer 30 Aoû - 12:06

Aujourd'hui je vais vous présenter un art martial français.

Taï-Do



Forgé à partir du japonais Taï, le corps, et do, 'la voie, taï-do signifie donc la voie du corps. Cet art martial fut créé en 1976 par le Saint-Quentinois Robert Cassol, diplômé d'État en Judo, Jiujitsu, Karaté et Aïkido.

Le taï-do ne consiste pas en une simple synthèse de techniques issues de ces différentes disciplines ; son originalité se trouve en fait dans les bases et les applications de certaines de ces techniques. Ainsi, le taï-do n'enferme pas ses pratiquants dans des gestes très difficiles à réaliser ; l'accent est surtout mis sur l'esquive et le déplacement, qui sont des éléments essentiels pour pouvoir faire face efficacement à plusieurs agresseurs, éventuellement armés (matraque, bâton, arme blanche, chaise...). Nul n'est besoin pour réussir de se transformer en athlète impressionnant; il est important que chacun trouve les moyens d'exploiter au mieux ses propres capacités.

En outre, la pratique du taï-do s'avère particulièrement bénéfique à l'épanouissement des enfants, tant sur le plan psychomoteur que moral, par le biais notamment des exercices pré-arrangés (kata) et l'apprentissage du respect des partenaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bihan-kazh
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 28
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Sam 2 Sep - 22:22

Jiu-jitsu Brésilien

En 1914, Esae Mitsuo Maeda, un Maitre Japonais de Judo et Ju-jitsu, héritier d'une longue tradition de combattants, parti s'installer au Brésil sur la demande de Jigoro Kano (créateur du Judo) afin de propager la connaissance du Judo sportif sur le continent Américain. Afin de remercier un politicien Brésilien d'origine Irlandaise : Gastao GRACIE de l'avoir aidé à s'installer, Maeda enseignera aux enfants de Gastao Gracie, non seulement le judo comme sa mission première lui demandait, mais aussi le Ju-jitsu tel que les traditions du Japon exigeait de tenir secret. L'ainé, Carlos GRACIE alors élève très doué, ré-enseigna à son tour à ses frères son interprétation de l'art de son Maitre. C'est pourtant Hélio GRACIE, son plus jeune frère, qui révolutionera l'art martial pour lui donner la forme qu'il à aujourd'hui. De part sa très faible constitution (1m60 pour 65Kg), Hélio dû adapter sa petite corpulence et son manque de force aux nombreuses prises et attaques du ju-jitsu japonais destiné à l'origine à une élite de guerrier samourai sur-entrainé. Améliorant par là les effets de levier et de déséquilibre et mettant l'accent sur une stratégie de combat absolument spécifique, Hélio créa un système pratiquement imbattable : le Jiu-Jitsu Brésilien ou GRACIE Jiu-Jitsu ! (Bien faire attention au "i" rajouté dans la terminologie Brésilienne). C'est ce système qui a permis à sa famille et à ses descendants de relever nombre de défis en combat dit "sans règles" pendant près de 65 ans pour arriver aux debuts des années 1990 aux Ultimates Fighting Championship où son fils Royce GRACIE remporta d'éclatantes victoire sur nombre d'autres Arts-Martiaux. On parlera aussi d'un autre de ses fils : Rickson GRACIE, adoré comme un demi-dieu au Japon et qui est à ce jour l'unique combattant de la planète à n'avoir eu aucune défaite en plus de 500 combats sans règles !

La technique :
La philosophie du Jiu-jitsu Brésilien est simple. Amener ou ceinturer son adversaire au sol afin de compenser d'éventuelles faiblesses physiques ou de corpulence. Arrivé à ce niveau, étranglements, clefs, coups ou luxations laisse le loisir à l'adversaire d'abandonner ou de subir jusqu'au bout la technique de soumission. En contrepartie, cet art permet à celui qui l'utilise de préserver son adversaire si celui-ci se résigne à abandonner, sans lui provoquer un seul traumatisme grave. C'est pourquoi, on a souvent surnommé le Jiu-jitsu Brésilien comme étant : "l'art ultime à visage humain".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Dim 3 Sep - 10:45

Jisei-taichi


Gestes lents, mouvements souples et exécution harmonieuse pour améliorer la rapidité et la force. Séquences techniques, qui activent en profondeur chaque partie du corps, développant une synchronie et un dynamisme physique qui génèrent, quel que soit l'âge, l'énergie vitale qui est la base concrète du bien-être.

Le Jisei-taichi chuan est une redéfinition du taichi de Synthèse prenant en compte le renforcement de la santé et la recherche du bien-être. Les séquences techniques ont été réélaborées pour garantir un accroissement énergétique continu et pour enrichir graduellement le registre gestuel du corps. De ce fait, le Jisei taichi chuan peut être considéré comme le pendant dynamique de la pratique du jisei-kiko. Analysé du point de vue technique, le Jisei-taichi chuan a beaucoup de points en commun avec le taichi de combat. En effet, même si les applications et les définitions sont différentes, la forme du taichi, le taichi chuan reste la même, puisque tous les gestes sont issus des techniques de combat. Ainsi, la connaissance de la signification martiale et de l'application au combat de chaque technique permet à ceux qui pratiquent le taichi chuan pour la seule quête du bien-être d'entrer complètement dans le mouvement, d'assimiler sa logique et de le pratiquer de façon toujours meilleure.

Le système de pensée du taichi est très ancien en Chine: le taichi est l'intégration dynamique de deux éléments opposés, le yin et le yang, et se trouve à l'origine de tous les phénomènes de l'univers. taichi chuan signifie littéralement “art du combat selon le principe du taichi” (principe du yin et du yang dans un sens non mystique). Alors que la philosophie du taichi est très ancienne, le taichi chuan est une école relativement récente. En effet, sa naissance officielle remonte à 1870. Il en existe actuellement un grand nombre d'écoles et de styles.

La pratique du taichi doit toujours être associée à une visualisation mentale de ce que l'on fait, visualisation qui produit des sensations corporelles concrètes. Par exemple, si vous bougez lentement les mains en imaginant les avoir plongées dans l'eau, vous pouvez, petit à petit, percevoir une résistance concrète, comme si elles étaient réellement immergées dans l'eau. Il est essentiel dans l'exécution du taichi de développer ce genre de sensation car cela permet d'aiguiser le système nerveux, qui dirige nos actions. Par cette pratique, la lenteur et l'harmonie des gestes développent la force et la rapidité. En outre, cette façon de s'exercer au taichi rend concrète la sensation que tous les mouvements naissent à l'intérieur du corps. Cela rend agréables et bénéfiques les exercices qui par la suite apportent santé et bien-être.

Le Jisei-taichi chuan est composé de 3 parties, dont chacune est elle-même divisée en deux sous-parties. Ces six sections sont composées dans leur ensemble par la séquence de 320 mouvements et postures techniques. Puisque différents mouvements et postures se répètent - chacune desquelles représente une ou plusieurs techniques de combat - on peut identifier 93 postures spécifiques dans l'exécution du kata.

Pour pratiquer efficacement et correctement le Jisei-taichi, il est nécessaire d'apprendre par cſur ces 93 postures. Parallèlement, il est possible de s'entraîner au kiko au niveau du shoshuten (qui précède le niveau du daishuten). En effet, dans la pratique du kiko à ce niveau les mouvements sont proches de ceux du taichi. Ainsi on peut travailler de façon spécifique sur l'aspect énergétique de façon agréable et efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sniper76
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 2117
Age : 28
Localisation : Seine - Maritime
Date d'inscription : 30/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Dim 3 Sep - 13:04

Ca commence a etre des nom vraiment japonais ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bihan-kazh
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 28
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Dim 3 Sep - 17:40

Le Sambo (Самбо) est un sport de combat créé en URSS dans les années 1930 mélangeant principalement le judo et la lutte.

Le terme de sambo est une abréviation russe signifiant « self-défense sans arme » (самозащита без оружия, samozachtchita bez oroujiya). Cette technique de combat est mise au point par Vasilii Sergeevich Oshchepkov, qui fut l'un des pionniers du judo soviétique dans les années 1920. Le sambo est vite repris par les militaires mais reste toujours une discipline sportive. Ce sport de combat est aujourd'hui géré au niveau mondial par une fédération internationale, la Fédération internationale amateur de Sambo (FIAS), localisée à Moscou. La première compétition se déroule en URSS le 16 novembre 1938 à l'occasion d'un tournoi de lutte sur proposition de Anatolii Kharlampiev, longtemps décrit comme le père du sambo. Le premier championnat d'URSS se tient en 1939.

Les techniques de sambo sont très nombreuses (plus de 5 000 prises!) mais entrent dans deux grandes catégories : les projections et le immobilisations. Il est rare que les combats de six minutes qui se pratiquent en compétition arrivent à leur terme. L'un des deux combattant parvient en effet généralement à prendre l'avantage sur son adversaire.

Les combats se disputent sur des tatamis de judo sous le contrôle d'un arbitre, d'un juge et d'un chef de tapis. Les samboïstes sont vêtus d'une veste étroite, appelé « Kurka », rouge ou bleu fermée par une ceinture de couleur indiquant le niveau du combattant. Un short moulant, appelé « Trusi », et des chaussures de cuir souple complètent l'équipement des combattants.

Le sambo se divise en trois formes de pratiques qui possèdent toutes leurs compétitions propres.

Sambo sportif
Sambo de combat (percussions autorisées pieds poings ; protège-dents, coquille, protège-tibias et gants sont alors de rigueur)
Sambo de défense (technique de défense mélangeant toutes les techniques de sports de combats existants ; se pratique en pantalon blanc à la place du short)
Parmi les pratiquants célèbres de sambo, il convient de signaler Vladimir Poutine.

Le sambo est candidat au statut de sport olympique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Dim 3 Sep - 18:19

Vovinam Viet vo dao


Présentation

Art Martial traditionnel Vietnamien, le VOVINAM VIET VO DAO est l'oeuvre de tout un peuple engagé tout au long de l'histoire dans une lutte pour la définition et la préservation de son identité.

Depuis sa fondation par l'empereur Hung Vuong en 2879 avant JC, des étapes clés ont assuré la lente et souvent douloureuse maturation de ce qui allait devenir un Art Martial conjuguant tradition et modernité.

Que signifie Vovinam Viet Vo Dao ?

VOVINAM = Art Martial Vietnamien
(nom de l'école)

VIET = Transcendant Supérieur
(et nom du peuple vietnamien)

VO = Art Martial

DAO = La Voie



Quelques Explications

Symbole du Vovinam Vietvodao
Le BAMBOU, image de la droiture, de la souplesse, de la constance et du désintéressement.

Salut du Vovinam Vietvodao
"LA MAIN D'ACIER SUR LE COEUR DE BONTÉ"
(la main d'acier = la force, le positif ; le cour de bonté = la souplesse, le négatif).

Devise du Vovinam Vietvodao
"ÊTRE FORT POUR ÊTRE UTILE"
(Fort physiquement, moralement et mentalement).

Principe du Vovinam Vietvodao
HARMONIE ENTRE LA FORCE ET LA SOUPLESSE.

But du Vovinam Vietvodao
Formation de l'Homme Vrai, en dehors de toutes considérations politiques, raciales ou religieuse.



Pratiquer

La pratique du VOVINAM VIET VO DAO favorise le développement harmonieux de tous les muscles. Elle oriente le pratiquant vers la maîtrise de son corps : l'aisance corporelle, la souplesse.

Elle développe aussi la confiance en soi, permet de vaincre la timidité et à canaliser l'agressivité latente. Aucune violence n'est exprimée, grâce à la recherche permanente de l'équilibre, de la perfection du mouvement, de l'esthétique et de l'efficacité des enchaînements, avec toujours un profond respect du partenaire et un esprit de discipline qui définit les règles et usages à respecter, à l'égard des autres et de soi-même.

Peu d'enfants et d'adultes résistent au plaisir de découvrir un Art Martial, activité d'équilibre qui convient à tous, petits et grands (dès l'âge de 7 ans, l'enfant peut s'y initier).



L'enseignement est, bien sûr, adapté à la morphologie et à l'âge. Pour les enfants, il consiste en une initiation, une préparation à la véritable pratique du VOVINAM VIET VO DAO : culture physique, assouplissements, techniques de base, jeux éducatifs, étude des " Quyens " (enchaînement de techniques représentant un combat fictif).



Les Richesses

Les techniques de base
Techniques de poings, de jambes, de coudes, de parades, de genoux, marteaux, tranchants, piques, sauts...

Les techniques de chutes et de roulades
Différentes techniques permettant de chuter au sol sans se blesser.

Les techniques de combat
Contre-attaques, stratégies, tactiques de combat à travailler.

Les techniques de Self-défense
Comprenant dégagements, clefs, projections sur les attaques subies en situation réelle.

Les Quyen
Enchaînements de combat contre un ou plusieurs adversaires fictifs. Les styles d'animaux sont représentés et étudiés.

La lutte vietnamienne - Vat
L'art du combat rapproché.

Les ciseaux volants - Don Chan
Spécificité du VOVINAM VIET VO DAO, saisies sur plusieurs niveaux du corps, taille, cou.



Les Song Luyen
Enchaînement de combat codifié avec un ou plusieurs partenaires, à main nue ou armée.

Les armes traditionnelles
Le sabre, le bâton, le couteau, la hache, la hallebarde.

La théorie, la philosophie
Une centaine de thèmes à approfondir avec l'aide des maîtres et enseignants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bihan-kazh
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 28
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:30

Le Penchak-Silat est un art martial Indonésien et Malaisien. Les styles suivant les régions sont fortement influencés par les animaux.

Aujourd'hui, il existe un nombre incalculable de styles puisque chacun a la possibilité de créer le sien dans le but de développer la discipline.

Toutefois, on retrouve dans tous les styles les mêmes bases.

Le Silat est traditionnellement pratiqué sous une forme de combat rythmique avec des armes, des bâtons ou à mains nues. Il s’agit d’un exercice stylisé basé sur des séries de « drills » codifiés. Les formes animales sont très importantes dans le Silat, et celles-ci sont réunies sous le nom de langkah, qui désigne les positions et les mouvements nécessaires à la pratique martiale. Ainsi, le langkah Dua est une position d’attente et le Tiga est une position de garde. Les langkah proposent ainsi un vaste répertoire d’attaques, de parades, et d’esquives. C’est le choix de certaines formes, par rapport à d’autres, qui détermine spécifiquement chaque école de Silat.

En règle générale, l’apprentissage consiste à mémoriser une série de langkah de base, décomposés et répétés sous forme de drills. Cette première phase élémentaire se concentre sur la maîtrise d’une position stable. La seconde phase est purement défensive et l’élève apprend à parer et éviter toutes sortes d’attaques des membres supérieurs. La troisième phase se concentre sur l’usage exclusif des jambes : déplacement et attaque. En phase quatre, l’élève apprend les parades et les esquives contre les coups de pied. En phase cinq, il apprend à varier ses positions en ripostant à partir d’une posture très basse. Cette pédagogie de base sera ultérieurement complétée par des techniques de clés, fauchages, projections, par l’apprentissage des armes et d’une douzaine «d’atémis» appelés «rahassa». Le niveau supérieur consiste en un travail particulier de «danse polémique » ou le «Silatador» doit apprendre à utiliser et placer efficacement ses techniques martiales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:32

Que signifie TAE KWON DO ?
TAE = pieds

KWON = poings (ou mains)

DO = l'art ou la voie


Quel est l'art martial le plus pratiqué au Vietnam ? Et oui, c'est le Tae Kwon Do.

Créé en 1955, le Taekwondo est un art martial originaire de la Corée (le pays du matin calme). Il se pratique à mains nues et s'apparente fortement au Karaté.

Importé en France par Lee Kwon Young en 1969 et pratiqué par plusieurs milliers de français, le Tae Kwon Do compte plus de quinze millions de licenciés dans le monde (+de 150 pays).

Sport de démonstration aux J.O de Séoul (1988) et de Barcelone (1992), il est devenu lors des jeux de Sydney 2000, sport olympique : une véritable reconnaissance pour cet art martial aux origines millénaires.

Depuis, il bénéficie en France comme au Vietnam d'un coup de projecteur médiatique.

Nous pouvons citer quelques héros internationaux : Pascal Gentil (français médaillé d'argent) et Tran Hieu Ngan (la première médaille olympique vietnamienne).

Très populaire chez les jeunes, il est à la fois un art martial et un sport de combat.

Art Martial : respect, discipline, code moral et apprentissage technique.

Sport de combat : esprit de compétition, perfectionnement physique et mental.
Quelque soit l'âge, le sexe, la personnalité tout le monde trouvera ce qu'il recherche dans l'art martial.

Les nombreuses techniques de pieds permettent aux pratiquants d'exécuter aisément des enchaînements et des coups de pieds sautés très spectaculaires.


L'art martial recherche l'harmonie entre le corps, l'esprit et la nature.
Le grand usage des coups de pied "sautés" dans les combats ne délaisse pas pour autant les coups de poings (frappes de la main), de genou, des coudes, de blocages…

Pour se perfectionner, le pratiquant dispose d'enchaînements de combat codifiés contre des personnages imaginaires : poomse (tao en chinois, quyen en vietnamien et kata en japonais).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bihan-kazh
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 28
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:33

Le Kalaripayat ou Kalarippayattu(കളരിപയററ്) est un art martial originaire du Kerala en Inde du Sud. Kalaripayat signifie, en malayalam, « le lieu des exercices », de kalari(കളരി, le lieu, l'arène, l'espace de dialogue et payattuപയററ്, exercice. Le kalaripayat serait avec le Varma Kalai, originaire de l'État voisin du Tamil Nadu, l'une des plus anciennes techniques martiales et mais aussi médicales connues. Les gurû de kalaripayat, appelés gurukkal, sont guerriers et médecins, car ils sont censés connaître les techniques qui tuent mais aussi qui soignent

Les danseurs de kathakali exercent aussi leur art dans un espace consacré nommé kalari et leur entraînement emprunte des exercices au kalarippayat, comme les quatre sortes de lancers de jambes (kalugal) mais aussi ses techniques de massages liées à l'ayurveda — (du sanskrit veda, connaissance et ayur, vie ) — la médecine traditionnelle indienne basée probablement sur celle des Aryens (Iran et Nord-Ouest de l'Inde), médecine qui est aujourd'hui essentiellement pratiquée dans l'Inde du Sud, en particulier au Kérala.

Le kalaripayat, lié aux arts des traditions hindouiste et bouddhiste, serait à l'origine des arts martiaux asiatiques par l'intermédiaire d'un prince kéralais. En effet, d'après la tradition légendaire, dans les années 510 de l'ère chrétienne, Bodhidharma, fils du râja Sugandha, né à Kanchipuram la capitale de la dynastie des Pallava dans le sud de l'Inde, avait fondé près de Kottayam, au Kerala, la première école de kalaripayat, puis était parti ensuite pour la Chine, où il fonda une école de ce qui deviendra le kung-fu au monastère de Shaolin. Bodhidharma est considéré comme le créateur de l'école bouddhiste Ch'an de Chine et du bouddhisme Zen du Japon où il est connu sous le nom de Bodai Daruma. Il est très difficile de faire la part des choses entre la légende et la réalité, quoiqu'il en soit les plus anciennes sources historiques sur le Kalaripayat ne remontent pas au-delà du XV e siècle. Les arts martiaux védiques de la caste des guerriers, antérieurs au Kalaripayat n'ont pas laissé de trace. Le Kalaripayat quant à lui, est lié aux guerriers Naïrs, une caste militaire particulière au Kerala. En fait, il est improbable que le kalaripayat ait été introduit en Chine à une époque ou il n'existait pas encore. Il paraît par contre plus probable que c'est le Shaolin qui a influencé le Kalaripayat, puisque les points vitaux , les marmans à la base des écoles de Kalaripayat, sont aussi désignés sous le terme de cina Ati (points chinois-voir Philip B. Zarrilli). Le renouveau du Kalaripayat survient dans les années 1930, dans les milieux nationalistes indiens, qui veulent donner à l'Inde un art martial spécifique. Un travail de reconstruction, de codification et de modernisation donna naissance à la nouvelle tradition du Kalaripayat.

Le kalarippayat se pratique généralement dans le kalari, une salle de 14 m sur 7. Il se caractérise par des positions très basses portant des noms d'animaux ainsi que par de nombreux sauts très hauts. Le kalarippayat connaît deux styles, le style thekkan ou style du sud et le vadakkan ou style du Nord. Dans les deux styles, une dizaine d'armes sont encore enseignées parmi les dix-huit armes qui étaient étudiées autrefois. Dans la tradition locale il fallait plusieurs années pour maîtriser une seule arme.

On compte, dans la pratique du kalaripayat, quatre niveaux :

meythari : la pratique d'exercices pour maîtriser l'équilibre tant au niveau du sol que durant les sauts, ainsi que la concentration,
kolthari : la pratique en utilisant des armes en bois qui sont de plus en plus courte à mesure des progrès de l'élève,
ankathari : la pratique en utilisant des armes véritables en métal, tout d'abord en luttant contre la même arme que l'on a en main, puis contre une arme différente,
verumkai : la pratique de l'auto-défense à mains nues et la connaissance des points vitaux et des clés.
Le pratiquant de haut niveau connaît donc un ensemble de points vitaux qu'il peut utiliser pour nuire à son adversaire mais il doit aussi maîtriser la contrepartie de ce pouvoir c'est-à-dire savoir guérir en les mettant à contribution. Ce qui fait que les gurû de kalaripayat sont généralement aussi médecins ayurvédiques, des thérapeutes qui mettent à profit un ensemble de massages kalari pour soigner leurs patients.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:34

Classification des boxes

Il existe plusieurs classements pour les arts martiaux chinois.
Le premier est géographique :
Les boxes du sud (nan quan)
Les boxes du nord (bei quan)
On trouve ce dicton "nan quan bei tui" : poings dans le sud, jambes dans le nord. En vérité, la réalité est plus complexe, on trouve dans le nord des styles utilisant essentiellement les mains / poings comme par exemple le xing yi quan (boxe de la forme et de la pensée) et dans le sud le style "gou quan" (boxe du chien) assied sa stratégie sur les coups de pieds. Disons que les styles du nord (bei quan) se caractérisent par des mouvements amples et un relâchement du corps, les styles du sud ont des mouvements plus courts avec endurcissement du corps.

Le deuxième classement est apparu au 19ème siècle :
La famille des boxes externes (waijia) :
Boxe de shaolin et toutes les autres boxes
La famille des boxes internes (neijia) :
taiji quan, xing yi quan, bagua zhang et liuhebafa
Suivant la légende, les boxes externes seraient nées au monastère de shaolin
(bouddhiste) et utiliseraient la force musculaire.
Les boxes internes auraient pour origine le mont Wudang (taoîste) et utiliseraient la force interne (qi).
Ceci est très simpliste, car on sait aujourd'hui que les écoles internes ne sont pas nées sur le mont wudang et utilisent aussi bien la force musculaire que le qi. Cette classification est aléatoire, la plupart des styles externes n'ont pas comme origine le temple shaolin.
Cette répartition interne / externe fût mise au point à Pekin en 1894 et diffusée par les professeurs de boxes dites internes.

Un troisième classement peu se faire aujourd'hui :
Les boxes anciennes traditionnelles
Les boxes modernes sportives
A partir de 1949, le wushu se modernisa selon deux axes, les exercices de santé (qi gong) et le sport. Certaines pratiques martiales comme le taiji quan ont subi une transformation pour devenir "une gymnastique douce de santé" (en gardant parfois l'entraînement martial).
Certains styles comme le nanquan moderne sont devenus des boxes de démonstration n'ayant que peu d'applications martiales. Des boxes sportives ont été créées pour accentuer le dynamisme et le spectacle comme le chang quan (boxe à longue distance).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bihan-kazh
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 28
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:35

Le Varma Kalai est un art martial originaire du Sud-Est de l'Inde, plus exactement du Tamil Nadu. Il s'agit de la version septentrionale du Kalaripayat indien.

Littéralement, « Varma Kalai » signifie « Art des points vitaux ». On y apprend l'art de combattre à main nue, et avec des armes, ainsi que la gymnastique martiale qui renforce le corps et la santé.

L'étude de cet art ne se résume pas à apprendre des techniques de combat mais vise à former des individus sains et équilibrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:38

Le wushu et le sport

A l'origine, tous les arts martiaux était des arts guerriers. La première classification date de la dynastie Ming (1368-1644). L'escrime et le tir à l'arc furent pendant de nombreux siècles les principales disciplines du guerrier chinois (les 18 armes: arc, arbalète, lance, sabre, épée, pique, bouclier, hache, fourche...). Les arts martiaux à mains nues se sont vraiment constitués à partir de l'époque Ming. Contrairement au Japon, les militaires n'ont pas eu le monopole du wushu. Les couches populaires paysannes puis les lettrés ont été un vecteur important pour le développement du wushu. Les sociétés secrètes (la révolte des boxeurs en 1900) ont joué aussi un rôle dans l'histoire du wushu.

L'influence occidentale des années 1900 à travers le renouveau sportif (jeux olympiques) a lancé véritablement la transformation des arts martiaux en culture athlétique nationale. De nombreuses écoles se sont créees pour diffuser et vulgariser les arts martiaux (le jingwu tiyu hui à Shangai en 1909 et le zhongyang guoshu guan à nanjing en 1927). Cela a amené de nombreuses modifications dans les styles traditionnels afin d'en faire une éducation physique (mouvements plus simples, postures plus basses). Les mouvements devenaient moins efficaces mais plus sportifs.

En 1928, la première compétition de combat à mains nues au niveau national a été mise en place par "l'institut central de l'art national" (zhonggyang guoshu guan) à Nanjing. Les combats (sanshou) se déroulaient sur une estrade (leitai), sans catégorie de poids ni gants. Le résultats fut malheureux, le nombre élevé de blessures obligeant les organisateurs à arrêter la compétition.
Aujourd'hui après une longue période d'interdiction, les compétitions de combat libre (sanda) sont de nouveau autorisées en Chine (avec des protections).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kimcuong
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue


Nombre de messages : 1267
Age : 24
Date d'inscription : 05/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:44

merci pour toutes ces infos ! mais on peut tout trouver sur Wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:48

Non il n'y a pas tout sur wikipédia et il y a des autres info sur d'autre site la majorité d'ailleur sur ce topic ne viennent pas de wikipédia.
Mais bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kimcuong
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue


Nombre de messages : 1267
Age : 24
Date d'inscription : 05/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:49

Oui je disais surtout que wikipedia est un site très complet , ça se peut que tu trouves sur d'autre site evidemment mais wikipedia est la plus grande encyclopédie du net !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Lun 4 Sep - 20:51

C'est vrai on trouve beaucoup de choses sur wikipédia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bihan-kazh
Ceinture Demi-Bleue
Ceinture Demi-Bleue
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 28
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Mar 5 Sep - 13:19

kimcuong a écrit:
merci pour toutes ces infos ! mais on peut tout trouver sur Wikipedia

Dsl kim mais, comme a dit minidiane, on ne trouve pas tout sur wikipédia et en plus les articles de ce sites peuvent être faux car, ce sont des personnes comme nous qui pouvons les écrire et donc, cela peut être faux.

En plus, si c'est interdit (comme tu le laisse supposer étant donné que tu dit que l'on peut tout trouver sur internet et que cela ne sert à rien de le mettre) de mettre des articles parce qu'on les trouvent sur internet alors, ce topic est inutile et il faudrait le supprimer comme d'autres topics dont les renseignements on peut les trouver sur internet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minidiane
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 4246
Age : 31
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Jeu 7 Sep - 12:13

Hap-ki-do

"la voie des énergies unifiées"


L'hapkido est un art martial coréen qui ressemble, par le nom et les techniques, à l'Aïkido japonais. L'Hapkido a été créé en 1948 par Choi Young Shul. Ce dernier, né en Corée en 1904 (certaines sources indiquent 1890), pratique différentes disciplines coréennes de combat avant de se rendre au Japon. C'est là que, de 1919 à 1946, il étudiera au sein de plusieurs écoles de Jû Jutsu et d'Aïki Jutsu (ancêtre de l'Aïkido). Il devient notamment le disciple du maître Takeda Sokaku (1858-1943), fondateur de l'école Daitô d'Aïki Jutsu. Takeda a également pour disciple Ueshiba Morihei (1883-1969), le futur fondateur de l'Aïkido. En 1946, Choi est de retour en Corée. Il commence alors à élaborer un style personnel , synthèse de Jû Jutsu, d'Aïki Jutsu et de diverses méthodes coréennes. Il donne à ses premières recherches les noms de Yu Kwoon Sool, Yu Sool, Ho Shin Sool et enfin Bi-Sool. Le terme Yu Sool était le nom d'une ancienne méthode coréenne dite méthode passive, dans laquelle on laissait toujours la première initiative à l'adversaire. en 1948, prenant modèle sur son ancien condisciple, Ueshiba Morihei, Choi Young Shul donne à sa méthode le nom définitif de Hap-Ki-Do, la Voie des Energies Unifiées. Parmi les principaux disciples de Choi se trouvent Ji Han Jae,Kim Moo Wung, Choi Sea Hào, Han Bong Soo et Su In Hyuk. Ji Han Jae fut le principal assistant de Choi. Il sera le maître d'Antonio Carbonell, le fondateur de l'Association Française Sin Moo Hapkido. Choi Sea-Ho introduisit l'Hapkido aux Etats-Unis en 1964. Il créera la All American Hapkido Federation et l'Hapkido Karate Federation. Han Bont Soo fut celui qui popularisa véritablement l'Hapkido aux Etats-Unis et dans le monde; né en Corée en 1931, il s'installe aux Etats-Unis en 1968. C'est à travers son enseignement et une carrière cinématographique qu'il assurera une grande diffusion de son art. Il a un rôle important dans le film "Force Five", interprété par Joe Lewis. Han Bong Soo est l'auteur d'un livre, "Hapkido, The Korean Art Of Self-defense". Su In Hyuk, quant à lui, sera le fondateur du Kuk Sool Wun (voir plus loin). Un autre pionnier de l'Hapkido aux Etats-Unis fut Kim He Young (1940).
L'hapkido se divise de nos jours en quatre styles majeurs :
- Le style traditionnel de Choi Young Shul;
- Le style dur, créé par Han Bong Sool repose sur des techniques de percussion et intégre un grand nombre de coups de pied issus du Taekwondo;
- Le style intermédiaire, créé par Nathan Chow, associe des techniques d'Aïki-Jutsu et de Taekwondo;
- Le style souple, créé par Joshua Johnson en 1968, est influencé par trois styles chinois, le T'ang-Lang-K'iuan (Boxe de la mante religieuse), le Pai-Hao-K'iuan (Boxe du héron blanc) et le Wing-Chun-Kuen (Boxe du printemps qui chante).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sniper76
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue
avatar

Nombre de messages : 2117
Age : 28
Localisation : Seine - Maritime
Date d'inscription : 30/07/2006

MessageSujet: Re: Les arts martiaux   Jeu 7 Sep - 20:12

Encore des art martiaux ? Smile
Je pense que l'on a pratiquement tout dit SmileWink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les arts martiaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les arts martiaux
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» «La meilleure défense, c’est l’attaque.»!!!!!
» étude de marché sur les loisirs créatifs
» congés payés
» La peine capitale ou L'expiation d'Emile Friant - tableau saisissant
» Brest - Atelier La main bleue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KadoJoueurs: Le Forum des Joueurs du Net :: Divers :: Discussions Libres :: Sports et loisirs-
Sauter vers: